Connaissance des Arts



Connaissance des Arts

Articles publiés sur Connaissance des Arts

Aujourd'hui sur le web

20/07/2017 : Le monastère Royal de Brou à Bourg-en-Bresse accueille les photographies d'Estelle Lagarde

Fille de l’empereur Maximilien Ier et de Marie de Bourgogne, la princesse Marguerite d’Autriche n’a jamais eu beaucoup de chance en amour. Mariée à Charles VIII lorsqu’elle avait 3 ans, ce dernier la répudie peu de temps après pour épouser Anne de Bretagne. Quinze ans plus tard, alors qu’elle est âgée de 18 ans, la princesse se marie avec l’infant Jean d’Aragon, héritier des royaumes de Castille et d’Aragon, qui meurt suite à une chute de cheval. La princesse s’éprend alors de Philibert II, dit Philibert le Beau, qu’elle épouse. Mais le malheur ne cesse de la poursuivre : trois ans après leur union, celui-ci décède alors qu’elle est enceinte. C’est après cet événement que la princesse, inconsolable, décide d’édifier le monastère pour y enterrer son mari. Les travaux commencent en 1506 et finissent en 1532, mais Marguerite d’Autriche ne verra jamais l’édifice achevé. Toujours victime de son mauvais sort, elle meurt d’une gangrène en 1530, alors qu’elle s’apprêtait à visiter le chantier. Le monastère, qui abrite les deux tombeaux des défunts, témoigne de cette histoire d’amour dans tous les détails de son architecture. Les initiales P&M, taillées dans la pierre partout dans le monastère, en sont l’emblème principal.

Le monastère royal de Brou est un des monuments chargés d’histoire qu’Estelle Lagarde a choisi de capturer dans sa série photographique « L’âme des pierres », qui évoque le passé et le vécu des édifices. Ses trente tirages, réalisés dans une dizaine d’églises et cathédrales en France, juxtaposent des objets ou des silhouettes humaines à l’architecture, créant une sorte de décalage entre les deux. Ces différences sont renforcées par un effet de surimpression rendu possible grâce à des longs temps pose. Tantôt parcourus par un faisceau lumineux ou démultipliés dans l’espace, les objets figurés semblent relever d’un autre monde. À mi-chemin entre la vie et la mort, le passé ou le présent, la photographie est le moyen pour Estelle Lagarde de rendre visibles les fantômes et de révéler tout ce que ces édifices ont vu mais qu’ils ne peuvent pas dire.

Cet article Le monastère Royal de Brou à Bourg-en-Bresse accueille les photographies d’Estelle Lagarde est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

20/07/2017 : L'or de Colombie au Château des ducs de Bretagne à Nantes

Cet article L’or de Colombie au Château des ducs de Bretagne à Nantes est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

20/07/2017 : Décès de la galeriste parisienne Anne Lahumière

Ce sont ses enfants Diane et Frédéric, très investis dans la galerie d’art et dans celle de luminaires contemporains, qui ont annoncé la triste nouvelle du décès d’Anne Lahumière, qui avait fondé la galerie spécialisée en art abstrait avec son mari Jean-Claude, disparu il y a trois ans. Pendant plus de cinquante ans, ils ont monté des expositions dans leurs espaces de la rue d’Aguesseau puis de la rue du parc Royal, à deux pas du musée Picasso. De l’estampe, ils étaient passés aux œuvres uniques de la Nouvelle Figuration, puis à l’Abstraction géométrique. À la Fiac ou dans les grandes foires internationales comme Bâle, Cologne ou Chicago, ils ont toujours voulu mélanger leurs artistes sans distinction historique mais toujours sous la bannière de l’art construit. Solide, engagée et souriante, Anne Lahumière s’est battu pour ses artistes qu’ils soient historiques (Herbin, Dewasne, Honegger) ou plus jeunes (Coignet, Dubreuil, Pondruel). Elle aidait les institutions à monter des rétrospectives de ses artistes majeurs comme Victor Vasarely ou Jean Leppien (musée d’art et d’histoire de Cholet jusqu’au 12 novembre) et faisait circuler l’impressionnante collection personnelle du couple Lahumière. Présidente du comité des galeries d’art de 1993 à 2004, Anne Lahumière a également participé au Conseil des ventes pendant ses quatre premières années d’existence. C’est donc une figure tutélaire du marché de l’art français qui disparaît. Gageons que, comme pour la galerie Denise René ou la galerie Jeanne Bucher, les enfants d’Anne et Jean-Claude Lahumière poursuivront pendant longtemps la route tracée par leurs parents. Nous en sommes sûrs.

Cet article Décès de la galeriste parisienne Anne Lahumière est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

20/07/2017 : Décès du tireur Louis Raymond de chez Dupon

Né en Haute-Garonne il y a quatre-vingt quatre ans, Louis Raymond était également spéléologue et préhistorien, connaissant les hauts sites de son Comminges natal. Directeur du service noir et blanc de Dupon, il travaillait avec les plus grands noms de la photographie, de Helmut Newton à Sebastiao Salgado. Il tirait leurs clichés en y mettant beaucoup de soin et de passion. « C’est en participant aux différents festivals que j’ai appris à mieux le connaître, avoue Jean François Camp, le directeur de Central Dupon. Nous passions de longues soirées sans fin avec des photographes qui lui vouaient une grande admiration, et réciproquement ». Tous, de Raymond Depardon à François Le Diascorn, auront une pensée pour lui.

Cet article Décès du tireur Louis Raymond de chez Dupon est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

19/07/2017 : Caroline Tisserand devient la directrice générale de l'EPCC Cité du design- École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne

Diplômée de l’École des Mines de Nancy, Caroline Tisserand connaît bien l’enseignement du design puisqu’elle a été directrice générale du Groupe Rubika, une école internationale qui forme au design, à l’animation et au jeu vidéo. Elle a également travaillé à la Chambre de Commerce et d’Industrie Grand Hainaut à Valenciennes en tant que chargée du développement durable.

Cet article Caroline Tisserand devient la directrice générale de l’EPCC Cité du design- École supérieure d’art et de design de Saint-Étienne est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

Cette semaine sur le web

20/07/ 2017 : Festival Voix vives : rendez-vous avec la poésie méditerranéenne

Du 21 au 29 juillet, le Festival Voix vives, de Méditerranée en Méditerranée accueille à Sète plus de 100 poètes, accompagnés d'artistes, conteurs, musiciens, chanteurs, comédiens qui offrent une approche plurielle de la poésie (...)

par Ministère de la Culture - Actualités

20/07/ 2017 : Le monastère Royal de Brou à Bourg-en-Bresse accueille les photographies d'Estelle Lagarde

Fille de l’empereur Maximilien Ier et de Marie de Bourgogne, la princesse Marguerite d’Autriche n’a jamais eu beaucoup de chance en amour. Mariée à Charles VIII lorsqu’elle avait 3 ans, ce dernier la répudie peu de temps après pour épouser Anne de Bretagne. Quinze ans plus tard, alors qu’elle est âgée de 18 ans, la princesse se marie avec l’infant Jean d’Aragon, héritier des royaumes de Castille et d’Aragon, qui meurt suite à une chute de cheval. La princesse s’éprend alors de Philibert II, dit Philibert le Beau, qu’elle épouse. Mais le malheur ne cesse de la poursuivre : trois ans après leur union, celui-ci décède alors qu’elle est enceinte. C’est après cet événement que la princesse, inconsolable, décide d’édifier le monastère pour y enterrer son mari. Les travaux commencent en 1506 et finissent en 1532, mais Marguerite d’Autriche ne verra jamais l’édifice achevé. Toujours victime de son mauvais sort, elle meurt d’une gangrène en 1530, alors qu’elle s’apprêtait à visiter le chantier. Le monastère, qui abrite les deux tombeaux des défunts, témoigne de cette histoire d’amour dans tous les détails de son architecture. Les initiales P&M, taillées dans la pierre partout dans le monastère, en sont l’emblème principal.

Le monastère royal de Brou est un des monuments chargés d’histoire qu’Estelle Lagarde a choisi de capturer dans sa série photographique « L’âme des pierres », qui évoque le passé et le vécu des édifices. Ses trente tirages, réalisés dans une dizaine d’églises et cathédrales en France, juxtaposent des objets ou des silhouettes humaines à l’architecture, créant une sorte de décalage entre les deux. Ces différences sont renforcées par un effet de surimpression rendu possible grâce à des longs temps pose. Tantôt parcourus par un faisceau lumineux ou démultipliés dans l’espace, les objets figurés semblent relever d’un autre monde. À mi-chemin entre la vie et la mort, le passé ou le présent, la photographie est le moyen pour Estelle Lagarde de rendre visibles les fantômes et de révéler tout ce que ces édifices ont vu mais qu’ils ne peuvent pas dire.

Cet article Le monastère Royal de Brou à Bourg-en-Bresse accueille les photographies d’Estelle Lagarde est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

20/07/ 2017 : Les honneurs du musée pour Kermit la grenouille et son créateur, à New York

NEW YORK (ÉTATS-UNIS) [20.07.17] - New York rend hommage à Jim Henson, qui a créé Kermit la grenouille mais aussi beaucoup d'autres personnages du "Muppet Show" et intéressé les adultes américains aux marionnettes, à travers une exposition permanente dédiée à ce créateur à l'imaginaire sans limite. AFP

par Artclair

20/07/ 2017 : Orages : incendie dans un petit musée normand touché par la foudre

CAEN (NORMANDIE) [19.07.17] - Le musée de l'île de Tatihou, à Saint-Vaast-la-Hougue dans la Manche, a subi d'importants dégâts mardi soir après un incendie déclenché par la foudre qui a ravagé un bâtiment abritant près de 200 tableaux, a-t-on appris mercredi auprès du conseil départemental, propriétaire du musée, et des pompiers. AFP

par Artclair

20/07/ 2017 : Bras de fer entre Ader et Artprice

PARIS [20.07.17] - La maison de ventes aux enchères Ader n’autorise plus des sites comme Artprice à publier l’intégralité de ses catalogues et résultats de ventes depuis novembre dernier. Potard Marie

par Artclair

20/07/ 2017 : Aux Rencontres d'Arles, l'image fixe rencontre la réalité virtuelle

Le « VR Arles festival », dont c'est la deuxième édition, présente tout l'été une vingtaine de films qui puisent dans les univers du cinéma, du jeu vidéo, de la scène.

par Le Monde - Rubrique Arts

20/07/ 2017 : Vingt-huit ans après son enterrement, le corps de Dali doit être exhumé ce soir

L'exhumation du fantasque peintre a été ordonnée fin juin par la justice, après la demande en reconnaissance de paternité déposée par Pilar Abel, 61 ans.

par Le Monde - Rubrique Arts

20/07/ 2017 : L'or de Colombie au Château des ducs de Bretagne à Nantes

Cet article L’or de Colombie au Château des ducs de Bretagne à Nantes est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

20/07/ 2017 : Décès de la galeriste parisienne Anne Lahumière

Ce sont ses enfants Diane et Frédéric, très investis dans la galerie d’art et dans celle de luminaires contemporains, qui ont annoncé la triste nouvelle du décès d’Anne Lahumière, qui avait fondé la galerie spécialisée en art abstrait avec son mari Jean-Claude, disparu il y a trois ans. Pendant plus de cinquante ans, ils ont monté des expositions dans leurs espaces de la rue d’Aguesseau puis de la rue du parc Royal, à deux pas du musée Picasso. De l’estampe, ils étaient passés aux œuvres uniques de la Nouvelle Figuration, puis à l’Abstraction géométrique. À la Fiac ou dans les grandes foires internationales comme Bâle, Cologne ou Chicago, ils ont toujours voulu mélanger leurs artistes sans distinction historique mais toujours sous la bannière de l’art construit. Solide, engagée et souriante, Anne Lahumière s’est battu pour ses artistes qu’ils soient historiques (Herbin, Dewasne, Honegger) ou plus jeunes (Coignet, Dubreuil, Pondruel). Elle aidait les institutions à monter des rétrospectives de ses artistes majeurs comme Victor Vasarely ou Jean Leppien (musée d’art et d’histoire de Cholet jusqu’au 12 novembre) et faisait circuler l’impressionnante collection personnelle du couple Lahumière. Présidente du comité des galeries d’art de 1993 à 2004, Anne Lahumière a également participé au Conseil des ventes pendant ses quatre premières années d’existence. C’est donc une figure tutélaire du marché de l’art français qui disparaît. Gageons que, comme pour la galerie Denise René ou la galerie Jeanne Bucher, les enfants d’Anne et Jean-Claude Lahumière poursuivront pendant longtemps la route tracée par leurs parents. Nous en sommes sûrs.

Cet article Décès de la galeriste parisienne Anne Lahumière est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

20/07/ 2017 : La programmation 2017/2018 d'Éléphant Paname !

Et si l'on vous murmurait qu'il existe un lieu à Paris, un lieu magique et dynamique, tourné vers la beauté, l'art et la danse ? Tel un animal libre et sauvage en plein Paris, sans limites de style, d'époque et de discipline, Éléphant Paname est un petit îlot constitué de rêve et (...)

par Artistikrezo

20/07/ 2017 : LE BANQUET du LIVRE D'ÉTÉ 2017 [du 3 au 12 août à Lagrasse, Aude]

L'association Le Marque-Page a créé à l'été 1995 le premier Banquet du Livre puis, en 2008, la Maison du Banquet et des générations. C'est un centre culturel de rencontres et d'études autour du Livre, installé dans l'abbaye publique de Lagrasse, au (...)

par Ministère de la Culture - Actualités

20/07/ 2017 : Macron aux arènes plutôt que sur le pont

A l'heure des coupes budgétaires, le président de la République a préféré Arles à Avignon pour son premier grand déplacement culturel. Faut-il y voir un symbole ?

par Le Monde - Rubrique Arts

20/07/ 2017 : Décès du tireur Louis Raymond de chez Dupon

Né en Haute-Garonne il y a quatre-vingt quatre ans, Louis Raymond était également spéléologue et préhistorien, connaissant les hauts sites de son Comminges natal. Directeur du service noir et blanc de Dupon, il travaillait avec les plus grands noms de la photographie, de Helmut Newton à Sebastiao Salgado. Il tirait leurs clichés en y mettant beaucoup de soin et de passion. « C’est en participant aux différents festivals que j’ai appris à mieux le connaître, avoue Jean François Camp, le directeur de Central Dupon. Nous passions de longues soirées sans fin avec des photographes qui lui vouaient une grande admiration, et réciproquement ». Tous, de Raymond Depardon à François Le Diascorn, auront une pensée pour lui.

Cet article Décès du tireur Louis Raymond de chez Dupon est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

19/07/ 2017 : Une souscription des Amis des musées de Rouen

C'est un très important service à thé en porcelaine de Sèvres que veut acheter les musées de Rouen (pour le musée de la Céramique). Une grande partie des fonds a déjà été réunie grâce à la participation de la Métropole, de l'État, et des amis des musées (qui contribueront pour 50 000 €), tandis que 10 000 € sont recherchés grâce à une souscription publique lancée par cette dernière association.

- Brèves / , ,

par La Tribune de l’Art

19/07/ 2017 : Un portrait de Maes acquis par Minneapolis

19/7/17 - Acquisition - Minneapolis, Minneapolis Institute of Art - Élève de Rembrandt à Amsterdam entre 1648 et 1653, Nicolas Maes se détacha progressivement de l'influence de son maître lorsqu'il s'installa à Dordrecht en 1653. Elle est encore palpable dans les scènes d'intérieur qu'il peignit alors, mais disparaît dans ses portraits, un genre auquel il se consacra plus spécifiquement à partir des années 1660 et pour lequel il regarda bien davantage Van Dyck ou même Jan Mytens, optant pour des couleurs (...)

- Brèves / , ,

par La Tribune de l’Art

19/07/ 2017 : Donation, attributions et restaurations au Musée Fesch

C'est un très beau cadeau que le marchand de tableaux italien Carlo Orsi vient de faire au Musée Fesch d'Ajaccio. Alors qu'il montrait à son directeur Philippe Costamagna une toile splendide de Pietro Paolini (ill. 1) qu'il avait achetée récemment1, celui-ci lui a demandé, sans beaucoup d'espoir de pouvoir l'acquérir, quel était son prix. Celui-ci était bien au delà des moyens actuels du musée corse, d'autant qu'il mène actuellement une politique d'enrichissement de ses collections napoléoniennes pour un projet sur lequel nous reviendrons bientôt. C'est alors que le marchand a très généreusement proposé d'offrir l'œuvre.

- Brèves / , , , , , , ,

par La Tribune de l’Art

19/07/ 2017 : La collection de peintures du Musée de Tatihou ravagée par les flammes

Pratiquement toute la collection de tableaux du Musée de l'Île de Tatihou a brûlé dans l'incendie, sans doute dû à la foudre, qui a ravagé la réserve le mardi 18 juillet au soir. Les dégâts sont donc immenses et irréparables pour ce musée qui, sous l'impulsion de son précédent directeur, Jean-François Détrée, qui l'avait créé en 1992 et était resté en poste jusqu'en 2009, avait su rassembler une importante collection de marines du XIXe siècle. Sur son site, le musée explique que la collection comprend 207 peintures. Or, le département de la Manche a répondu aujourd'hui à nos questions en expliquant que si les collection ethnologiques étaient à 90% intactes, les 200 tableaux de la collection beaux-arts étaient détruits.

- Brèves / , , , , , ,

par La Tribune de l’Art

19/07/ 2017 : Le beau bizarre. Les peintures du XIXe siècle du musée d'arts de Nantes - 27,00 €

Signées Ingres et Delacroix, Burne-Jones et Tissot, Baudry et Gérôme, les peintures du XIXe siècle qui font la renommée du musée d'arts de Nantes semblent souvent participer d'une "inquiétante étrangeté".

par DessinOriginal.com

19/07/ 2017 : Caroline Tisserand devient la directrice générale de l'EPCC Cité du design- École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne

Diplômée de l’École des Mines de Nancy, Caroline Tisserand connaît bien l’enseignement du design puisqu’elle a été directrice générale du Groupe Rubika, une école internationale qui forme au design, à l’animation et au jeu vidéo. Elle a également travaillé à la Chambre de Commerce et d’Industrie Grand Hainaut à Valenciennes en tant que chargée du développement durable.

Cet article Caroline Tisserand devient la directrice générale de l’EPCC Cité du design- École supérieure d’art et de design de Saint-Étienne est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

19/07/ 2017 : La photographe Bieke Depoorter, lauréate du Prix Levallois 2017

Le Prix Levallois a été créé en 2008 afin de mettre en avant le travail de jeunes photographes. Cette année, le jury composé de professionnels de l’art et des médias a choisi de récompenser parmi plus de 700 candidatures le travail de l’artiste belge Bieke Depoorter et notamment sa série Mumkin / Who knows. La photographe va recevoir une dotation de 10 000 euros. Le jury a également attribué une mention spéciale au photographe français Louis Matton, choisi parmi les 15 finalistes, et le public a porté son choix sur le travail du péruvien Alexander Caballero Diaz. Une exposition sera consacrée aux œuvres de Bieke Depoorter et Louis Matton à la galerie de l’Escale à Levallois du 6 octobre au 25 novembre 2017.

Cet article La photographe Bieke Depoorter, lauréate du Prix Levallois 2017 est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

19/07/ 2017 : MIMOS 2017 : « Équilibre /Déséquilibre »

MIMOS, Festival international des arts du mime et du geste se tient à Perigueux du 24 juillet au 29 juillet. « Équilibre /Déséquilibre » est le fil rouge de cette 35ème édition : renverser notre présence au monde et le voir à l'envers, basculer dans (...)

par Ministère de la Culture - Actualités

19/07/ 2017 : MIMOS 2017 : « Équilibre /Déséquilibre »

MIMOS, Festival international des arts du mime et du geste se tient à Perigueux du 24 juillet au 29 juillet. « Équilibre /Déséquilibre » est le fil rouge de cette 35ème édition : renverser notre présence au monde et le voir à l'envers, basculer dans (...)

par Ministère de la Culture - Actualités

19/07/ 2017 : Le Palais Lumière consacre une rétrospective au peintre surréaliste Paul Delvaux

Influencé par le surréalisme, et notamment par Giorgio de Chirico, l’univers de Paul Delvaux est riche en images et symboles. Or le monde imaginé qu’il dépeint dans ses tableaux a pour origine des préoccupations bel et bien réelles. La première salle de l’exposition, consacrée à la figure de la femme, le démontre. Si l’artiste dépeint les femmes comme froides et inaccessibles, c’est à cause de son histoire personnelle. Élevé par une mère autoritaire qui l’empêche d’épouser sa bien-aimée, il éprouve une crainte mêlée à de la fascination envers le sexe opposé. Sentiment particulièrement manifeste dans ses peintures au thème lesbien, qui témoignent de son regard désillusionné à l’égard des relations hétérosexuelles. Glacial et idéalisé, le portrait qu’il dresse de la féminité présente peu de variations : les silhouettes et les visages, modelés d’après un même idéal immuable, évoquent leur caractère froid et impersonnel.

Mais le peintre belge ne s’attache pas qu’à la figure humaine : le paysage détient un rôle tout aussi important dans son œuvre et contribue au sentiment d’inquiétante étrangeté qui ressort de l’ensemble de ses tableaux. En rassemblant des éléments provenant de sources diverses, il construit des environnements surnaturels et absurdes. La présence du chemin de fer est une manière pour lui de symboliser l’accès aux contrées lointaines de l’imaginaire. Celui-ci peut côtoyer, par exemple, les colonnes d’un temple de l’antiquité grecque : cette liberté à l’égard de la chronologie lui permet d’imaginer un monde qui échappe à toute norme.

Divisée en sept parties (les figures de la femme, la poésie, le mystère et le fantastique, l’imaginaire onirique, le théâtre des rêves, le voyage comme évasion et la solitude comme recueillement), l’exposition permet non seulement de cerner les principaux thèmes qui structurent l’œuvre de Paul Delvaux mais aussi d’en apprécier les variations stylistiques. De facture généralement classique, sa peinture vire parfois à l’expressionnisme, attestant de l’influence qu’a pu exercer sur lui James Ensor. Malgré cette évolution constante du peintre et de son œuvre, cette dernière conserve malgré tout un même noyau irréductible, à savoir, l’univers rêvé qu’il y dépeint et qui est à découvrir dans cette exposition au Palais Lumière d’Evian-les-Bains, jusqu’au 1er octobre prochain.

Cet article Le Palais Lumière consacre une rétrospective au peintre surréaliste Paul Delvaux est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

19/07/ 2017 : Festival International de Piano de La Roque d'Anthéron

La 37ème édition du grand rendez-vous pianistique de l'été se déroule du 21 juillet au 19 août avec comme chaque année à l'affiche les grands interprètes de la scène internationale et des jeunes talents virtuoses à découvrir. 89 concerts sont donnés (...)

par Ministère de la Culture - Actualités

19/07/ 2017 : Festival International de Piano de La Roque d'Anthéron

La 37ème édition du grand rendez-vous pianistique de l'été se déroule du 21 juillet au 19 août avec comme chaque année à l'affiche les grands interprètes de la scène internationale et des jeunes talents virtuoses à découvrir. 89 concerts sont donnés (...)

par Ministère de la Culture - Actualités

19/07/ 2017 : Géométries amoureuses de Jean-Michel Othoniel - 20,00 €

Jean-Michel Othoniel présente une cinquantaine de ses sculptures en verre issues de sa Collection personnelle. Deux ouvrages brochés de 32 pages chaque, réunis dans un coffret, 50 illustrations.

par DessinOriginal.com

19/07/ 2017 : Obsidiana de Jean-Michel Othoniel - 29,00 €

Richement illustré, accompagné d'une préface de Johannes Nilo, du centre de documentation du Goetheanum, et d'un texte de Lawrence Rinder, directeur du Berkeley Art Museum and Pacific Film Archive (bam/pfa), cet ouvrage est une véritable ôde à cette roche qu'est l'obsidienne. > Feuilletez (...)

par DessinOriginal.com

19/07/ 2017 : Catalogue Christian Dior. Couturier du rêve - 59,00 €

L'ouvrage offre une magnifique synthèse sur la plus emblématique des maisons de couture françaises, avec une richesse iconographique qui satisfera les lecteurs les plus avertis.

par DessinOriginal.com

19/07/ 2017 : Catalogue Une Renaissance en Normandie. George d'Amboise, bibliophile et mécène - 35,00 €

En 1508, le couple royal Anne de Bretagne et Louis XII découvre au château de Gaillon en Normandie l'exceptionnelle collection d'oeuvres d'art de la Renaissance de Georges d'Amboise (1460-1510). Pour la première fois depuis cette visite il y a cinq siècles, un ensemble rarissime de manuscrits (...)

par DessinOriginal.com

19/07/ 2017 : Orages : incendie dans un petit musée normand touché par la foudre

CAEN (NORMANDIE) [19.07.17] - Le musée de l'île de Tatihou, à Saint-Vaast-la-Hougue dans la Manche, a subi d'importants dégâts mardi soir après un incendie déclenché par la foudre qui a ravagé un bâtiment abritant près de 200 tableaux, a-t-on appris mercredi auprès du conseil départemental, propriétaire du musée, et des pompiers. AFP

par Artclair

19/07/ 2017 : Jérusalem : réouverture d'un bâtiment historique russe après rénovation

JÉRUSALEM (ISRAEL) [18.07.17] - La mission Saint-Serge à Jérusalem, bâtiment de la fin du 19e siècle considéré comme un symbole de la présence russe en Terre sainte, a rouvert mardi après des années de travaux de rénovation. AFP

par Artclair

19/07/ 2017 : Oscar Malessène et Quentin Spohn, coups de cœur Art [ ] Collector 2017

Evelyne et Jacques Deret, couple de collectionneurs fondateurs d’Art [ ] Collector, ont récemment décerné un prix à deux artistes de la 67ème édition de l’exposition Jeune Création. Cela fait quatre ans que Art [ ] Collector se joint à l’association Jeune Création afin de décerner un prix à de jeunes artistes. Cette collaboration a pour but de soutenir leur production artistique et de les rapprocher des professionnels de l’art et du grand public. Cette année l’exposition Jeune Création a élu domicile à la galerie Thaddaeus Ropac de Pantin. Les deux lauréats coup de cœur choisis par Jacques et Evelyne Deret, Oscar Malessène et Quentin Spohn, feront l’objet en 2018 d’une exposition personnelle et de l’édition d’un catalogue.

Cet article Oscar Malessène et Quentin Spohn, coups de cœur Art [ ] Collector 2017 est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

19/07/ 2017 : Le Centre Pompidou lance les fondations de son antenne à Shangaï

Pluridisciplinaire et international, tel apparaît le projet du Centre Pompidou Shanghai (West Bund), que viennent de lancer le West Bund Group et le Centre Pompidou et qui devrait voir le jour en 2019. Il sera abrité dans un bâtiment de près de 25 000 m2, conçu par l’architecte britannique David Chipperfield. On y verra bien sûr des expositions montées à partir des collections du Centre Pompidou. Une vingtaine de manifestations devraient y être présentées durant les cinq premières années, de 2019 à 2024. Mais le Centre Pompidou devrait également apporter son expertise et exercer une mission de conseil et d’assistance tout au long de cette collaboration. « Cette action portera notamment dans les domaines du commissariat d’exposition, de la conservation des œuvres d’art, de l’action éducative et de la médiation », souligne Benoît Parayre, le directeur de la communication et des partenariats du Centre Pompidou. En retour, ce protocole d’accord devrait permettre au Centre Pompidou Paris de présenter la scène artistique chinoise contemporaine, de créer des liens entre les artistes et les institutions culturelles en France et en Chine, et de faciliter un enrichissement des collections françaises. Échanges réguliers et programmes de formation et de transmission d’expertises dans le domaine muséal sont également à l’ordre du jour.

Cet article Le Centre Pompidou lance les fondations de son antenne à Shangaï est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

19/07/ 2017 : Sous la peinture verdâtre, un trésor ?

En 1985, un brocanteur achète à un curé un tableau qui se révélera être un chef-d'œuvre du XVe siècle. S'ouvre alors une bataille pour avoir une part du « trésor ».

par Le Monde - Rubrique Arts

19/07/ 2017 : La justice signe l'épilogue du feuilleton Sylvestre Verger

PARIS [19.07.17] – Le Tribunal de grande instance a ordonné un non-lieu concernant deux instructions judiciaires à la suite de plaintes déposées par Patrizia Nitti contre son ex-associé, Sylvestre Verger, dans l’organisation d’expositions à succès au Sénat. L’épilogue d’une longue saga judiciaire. Castelain Jean-Christophe

par Artclair

19/07/ 2017 : Rouen lance une souscription pour acquérir un service à thé royal

Offert par Louis-Philippe à la reine Marie-Amélie en 1837, ce service à thé a été réalisé par la Manufacture de Sèvres en 1835. Étant orné de vues de Rouen et autres sites de la région tels que l’île Lacroix ou Dieppedalle, cet objet a attiré l’attention de l’Association des Amis des Musées de la Ville de Rouen qui souhaite se porter acquéreur. L’ensemble est à vendre 375 000 euros. Fort d’un apport personnel de 50 000 euros et du soutien financier de la Métropole Rouen Normandie, l’association ouvre également une souscription publique afin de récolter le reste du prix d’acquisition avant le 30 juillet 2017. S’ils parviennent à l’acheter, ce service viendra enrichir les collections du musée de la céramique de Rouen. Par ailleurs, cela permettrait à l’œuvre de réintégrer le Patrimoine français puisqu’elle a été exportée aux États-Unis dans les années 1990 et y est restée depuis. Pour participer au financement du service à thé, il faut remplir le bulletin suivant : http://amis-musees-rouen.fr/fichiers/170510-acquisition-service-a-the.pdf

Cet article Rouen lance une souscription pour acquérir un service à thé royal est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

19/07/ 2017 : Après le triomphe Chtchoukine, la Fondation Louis Vuitton annonce Morozov pour 2020

Après les chefs d’œuvre du MoMA de New York, qui seront présentés cette année à la Fondation Louis Vuitton du 11 octobre au 5 mars, ce sont les Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Picasso et autres Matisse collectionnés par les frères Morozov au début du XXe siècle que l’on verra à l’automne 2020. Pendant quatre mois, ces œuvres quitteront les musées de Saint-Pétersbourg et de Moscou. « L’exposition marque une nouvelle étape de l’amitié culturelle entre la France et la Russie poursuivant la collaboration institutionnelle engagée en 2015 par la Fondation Louis Vuitton avec le Musée d’État de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, le Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine et la Galerie nationale Trétiakovà Moscou lors de la tenue des grandes expositions Les Clefs d’une passion en 2015 et Icônes de l’art moderne. La Collection Chtchoukine en 2016 », souligne Isabella Capece Galeota, la directrice de la communication de la Fondation Louis Vuitton. Les frères Morozov feront-ils autant recette que Sergueï Chtchoukine, qui avait fait venir plus d’un million de visiteurs au bois de Boulogne ? L’intérêt de ce rassemblement inédit est de faire percevoir le goût de ces grands mécènes russes et d’établir la différence de leurs choix artistiques.

Cet article Après le triomphe Chtchoukine, la Fondation Louis Vuitton annonce Morozov pour 2020 est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

19/07/ 2017 : L'élégance du silence à l'École des filles d'Huelgoat

Parallèlement à une programmation ambitieuse de rencontres littéraires (« L’été des 13 dimanches » avec Erik Orsenna, Michaël Lonsdale…), l’ancienne École des filles devenue centre d’art et lieu de résidence d’artistes accueille trois artistes coréens : Bang Hai Ja, artiste historique de la première génération de peintres abstraits, Jang Kwang Bum captant le mouvement de l’eau dans ses toiles, et Kang Un, capturant sur papier hanji la lumière qui filtre au travers des nuages. Une poésie que l’on retrouve dans les céramiques du Syrien Rabi Koria, les monochromes noirs de la Marocaine Fatiha Zemmouri et les calligraphies sur papier de riz du Chinois Wei Ligang, qui rend hommage dans ses œuvres au poète et sinologue Victor Segalen marqué jadis par le chaos granitique de la forêt légendaire de Huelgoat.

Cet article L’élégance du silence à l’École des filles d’Huelgoat est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

19/07/ 2017 : Les 12 modernes de l'été : Fernand Léger au Centre Pompidou-Metz

Pour Fernand Léger (1881-1955), le choc de la modernité vint à la guerre. Mobilisé en 1914, il fut « ébloui par une culasse de 75 ouverte en plein soleil ». Cet engin de mort lui en avait plus appris « que tous les musées du monde ». Le Centre Pompidou-Metz rend hommage au « peintre de la vie moderne » qui, après la guerre, dans des toiles pleines d’audace et de couleurs stridentes, peint la beauté puissante de ce monde mécanisé. La grande ville est son terrain de jeu. Il aime le music-hall, le cirque, le cinéma. Il veut du rythme, de la vitesse, des émotions fortes. Ce moment Léger se poursuit à Biot où le Musée national Fernand Léger, prêteur d’œuvres importantes à Metz, reçoit une douzaine de chefs-d’œuvre du Centre Pompidou. Alexander Archipenko, Jean Arp, Calder, Henri Laurens, Joseph Czaky, Jacques Lipchitz, Amédée Ozenfant y écrivent face à Léger un chapitre de l’art moderne.

Cet article Les 12 modernes de l’été : Fernand Léger au Centre Pompidou-Metz est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

19/07/ 2017 : Marseille crée un pôle artistique privé autour de l'art contemporain

Pour réveiller la rue du Chevalier-Roze, une parallèle de la rue de la République en plein centre ville, ANF Immobilier a confié à Ombline d’Avezac (une ancienne du musée d’Art moderne de la Ville de Paris) la coordination du lancement de ce nouveau pôle artistique de plus de huit cents mètres carrés. Axel Dibie et Alix Dionot-Morani de la galerie parisienne Crèvecœur, la galeriste belge Catherine Bastide (Port Roze), l’atelier d’art Tchikebe, l’artiste Wilfrid Almendra, les historiennes de l’art Charlotte Cosson et Emmanuelle Luciani (South Studio) et le groupe de collectionneurs marseillais Lumière (Atlantis) s’installent donc dans sept espaces indépendants, le septième baptisé Sessions permettant d’accueillir des solo-shows d’artistes autour de l’image-mouvement. Ghislaine Seguin, le directeur général adjoint d’ANF Immobilier, souligne l’importance de la redynamisation de la ville d’un point de vue global : « Nous accordons une importance fondamentale à l’offre culturelle et de loisirs à proximité des bureaux, permettant de faire vivre les quartiers et à attirer de la clientèle en dehors des déplacements pendulaires. Avec le pôle artistique du chevalier Roze, ANF Immobilier souhaite renouveler l’attractivité du Quartier République à Marseille. » Rendez-vous le 26 août pour ce nouvel événement artistique du Sud.

Cet article Marseille crée un pôle artistique privé autour de l’art contemporain est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

par Connaissance des Arts

nous vous conseillons
Brèves
• • •

recherche


 

Nouveautés

Consultez le profil de DessinOriginal sur Pinterest.

Votre actualité

Méditations - Ephémères peintures de Frédéric Barrau

Cette exposition présente des œuvres abstraites comme (...)

Exposition Peinture-Sculpture

L’abbaye de Bonport organise cette année encore (...)

Tapisserie ? De Picasso à Messager

Du 23 mai jusqu’au 31 octobre, le musée (...)

COSKUN Peinture et sculpture

Du samedi 1er au dimanche 30 août 2015, la galerie (...)

God save the street art and… the Queen

Vernissage le jeudi 9 juillet 2015 à partir de 18h00 (...)

Exposition EXTRAITS "Photographie et céramique"

EXTRAITS François RASTOLL - Photographe et Laure (...)

La Galerie Moutt’Art invite Lucie Ludwiczak

Jean Tirilly , artiste singulier de renommée (...)

MIGRANTS : une exposition BD pour dénoncer leur précarité

Le COMEDE s’est donné pour mission de soigner les (...)

Andrée de Frémont expose au Domaine de Rocheville

Plaisir des papilles, plaisir des pupilles ! Cet été, (...)

Sineangulo

Artistes exposés : Salima Abdel-Wahab, Aziz Amrani, (...)

Ateliers Ouverts des Beaux-Arts de Paris

Mercredi 17 juin de 18h à 23h Jeudi 18 et vendredi 19 (...)

PHILIPPE BERRY A L’ORANGERIE DU SENAT

Le Sénat et Art-Z présentent l’exposition de (...)

BRADERIE DE CRÉATEURS & FÊTE DE LA MUSIQUE DU 17 AU 24 JUIN PAR J’VEUX DU SOLEIL

Au 30 rue Montcalm (75018 PARIS), de 11h00 à 21h00, (...)

L’Eau, 57e exposition estivale de tapisseries de Felletin

Chaque été la Cité internationale de la tapisserie est (...)

Exposition Arnaud Gautron, Atelier Blanc à Lannion

Arnaud Gautron a choisi la peinture pour interroger la (...)

Annoncer sur ArtActu

Archives de vos actualités

archives


Vous pouvez afficher les publications de ArtActu.com sur votre site.

RSS ArtActu